retour accueil
 

 BLOCTEL êtes-vous satisfaits ?
 
 

 Quatre mois après la mise en service de cet outil anti-harcèlement,

nous faisons le point en Charente.
 
 

 Rappel de la loi:

Depuis le 1er juin 2016 il est désormais possible de « freiner les ardeurs » des démarcheurs : il suffit d’entrer son (ou ses) numéro(s) de téléphone (huit numéros maximum) sur le site www.bloctel.gouv.fr. L’interdiction de vous contacter prendra effet au bout de 30 jours maximum et durera trois ans.
Si un consommateur continue à être démarché par un professionnel alors qu'il est inscrit sur Bloctel, il pourra faire une réclamation sur le site internet. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) pourra alors ouvrir une enquête et sanctionner les professionnels contrevenants d'une amende administrative de 15 000 euros maximum pour une personne physique et de 75 000 euros maximum pour une personne morale (pour l'entreprise qui démarche, par exemple).
Certains démarchages ne sont pas concernés par le dispositif : les relations contractuelles existantes (par exemple votre banque pourra continuer à vous appeler pour vous formuler des offres, idem pour votre assureur etc.), les démarchages de presse, les instituts de sondage ou d’association à but non lucratif… dès lors qu’il ne s’agit pas de prospection commerciale.
Enfin, les SMS et spams vocaux ne sont pas concernés par ce service. Ils font déjà l'objet d'un numéro de signalement via le 33 700.

 
 

 
Si vous vous êtes inscrit(e) sur BLOCTEL, merci de répondre à notre petite enquête (par courrier ou bien par courriel ). Indiquez en objet "Enquête Bloctel".

Cliquez ici